LÉON : The Professional

Ce thriller alliant drame et émotion nous offre un incontournable film d’action dans les rues de New York mais avec la French touch.

L’histoire

Un tueur à gages répondant au nom de Léon prend sous son aile Mathilda, une petite fille de douze ans, seule rescapée du massacre de sa famille. Bientôt, Léon va faire de Mathilda une « nettoyeuse », comme lui, qui pourra venger son petit frère…

La réalisation

Luc Besson nous expose son film de manière crédible, c’est à dire avec sobriété et efficacité. Nous ne sommes pas submergés par d’innombrables scènes d’action montées à coup d’explosion comme on peut le voir traditionnellement dans le cinéma américain. Au contraire, même si Léon en compte quelques unes, il  se concentre sur la relation entre Mathilda et Léon. Cette relation que j’ai tant aimée voir évoluer tout au long du film : d’abord voisins, puis maître et élève, puis amis, puis père et fille.

Cela permet à Besson de soigner les moments de violence tels que la scène d’ouverture, l’assassinat de la famille de Mathilda et le grand final. Ces scènes sont un plaisir pour les yeux, avec tout le jeu sur les contrastes entre les ombres et les lumières. 

Jean RENO

On retrouve un Jean Reno au sommet de ce qu’il peut montrer à l’écran. Il incarne le rôle de Léon, qui alterne entre le tueur d’une froideur extrême, et le père de substitution un peu maladroit et illettré.

Ce tueur à gage de l’ombre, inadapté à la vie en société, nous offre finalement plusieurs scènes assez comiques. 

Natalie PORTMAN

Nous assistons à travers ce film à la révélation de Natalie Portman qui s’en sort extrêmement bien pour une première expérience dans le monde du cinéma. Elle joue Mathilda, petite new yorkaise au caractère bien trempé, mais que le spectacle de jungle mafieuse a fait grandir trop vite. 

Finalement, ce sont deux personnages pour qui on ne peut ressentir que de l’affection.