SUAPS DE L’UJM EN DANGER

Suite à une baisse de la fréquentation de l’ensemble de ses activités sportives, l’Université Jean Monnet devra-t-elle réduire le nombre de créneaux et de sports disponibles ?

Le constat est inquiétant : le nombre de jeunes fréquentant le stade Virgile à la Métare de Saint-Étienne, diminue chaque année. Les étudiants avaient pourtant l’habitude de se retrouver les soirs afin de pratiquer le football entre amis et de préserver leur santé. En 2020 ce sont seulement qui vingt jeunes s’y retrouvent régulièrement le mardi soir. Voyant la situation se dégrader, le responsable de l’activité football de la faculté, M. Sias, fait le constat suivant : « Cette baisse concerne l’ensemble des activités proposées par l’Université Jean Monnet ». Est-ce dû à un problème d’organisation ? Pourtant pendant les deux périodes de confinement le SUAPS s’est montré particulièrement actif, proposant sur sa chaîne youtube entraînements quotidiens et défis sportifs. Car le sport est essentiel pour une bonne santé mentale et physique.

            Plusieurs facteurs expliquent cette baisse remarquable.

Premièrement les étudiants doivent sélectionner leur activité avant de connaître leur emploi du temps semestriel. Ce choix à l’aveugle peut décourager, comme l’affirme Jules Comacle, en 1ère année à l’IUT : « On doit choisir un sport avant de connaitre son emploi du temps, et c’est très regrettable car cela en démotive un grand nombre ».

Par ailleurs un système de bonification permet aux étudiants d’améliorer les moyennes semestrielles. Cet avantage est attribué uniquement si l’étudiant se présente régulièrement aux activités choisies soit à un minimum de 7 séances d’entraînement par semestre. Or il est difficile pour les étudiants de respecter cette condition à cause des stages et de la préparation des devoirs.

Le sport universitaire : bénéfique et gratuit

La pratique régulière du sport dans le cadre universitaire présente de nombreux avantages pour le public étudiant, et notamment pour ceux qui ne peuvent se permettre de financer une licence sportive. Le SUAPS permet de pratiquer un grand nombre d’activités gratuitement.

Le sport universitaire favorise l’intégration sociale, notamment pour les étudiants étrangers (l’IUT accueille 14 nationalités différentes) ou venant de loin. Simon Graillon, en GEA, le confirme : « Je me suis fait de nouveaux amis !». Hugo Vivier ajoute : «Je me défoule et j’agrandis mon cercle d’amis! ».

Le sport universitaire nécessaire à la vie étudiante doit désormais se réinventer pour retrouver son attractivité et mobiliser les étudiants sur les terrains de sport.